Cadwallon, la cité franche Index du Forum Cadwallon, la cité franche
Bienvenue dans le jeu de rôle en ligne du joyau de Lanever !
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La date/heure actuelle est Mar 27 Juin 2017, 20:08
Toutes les heures sont au format UTC + 1 (DST en action)
 Index du Forum » Aux portes de la ville » Le Hall des francs ligueurs
Alÿowall le Fougueux
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. Marquer le sujet comme non lu :: Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Page 1 sur 1 [1 message]  
Auteur Message
Alÿowall
Franc ligueur


Inscrit le: 05 Juil 2007
Messages: 26

MessagePosté le: Ven 06 Juil 2007, 20:48    Sujet du message:  Alÿowall le Fougueux
Description du sujet: Le plus grand duelliste de Cadwallon. Enfin, un jour...
  Marque ce message et les suivants dans ce sujet comme non lus 

-------------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------------
Etat civil:

Nom: Alÿowall
Ligue:
Origine: Natif
Espèce:Elfe (cynwäll)
Culture: Ville Basse
Motivation: Félicité (ambition)
Don(s): Tueur né
Signe(s) particulier(s): Ambidextre
Metier: Spadassin 2/ Tireur 1
POT: 3
XP gagné/XP restant:

Frequence de Jeu: Tous les jours en semaine, irrégulier le week end.

-------------------------------------------------------------------------------------
Caractéristiques secondaires:

TAI:3
MOU:5
PUI: 3d6
PEUR: /
DEF:4
MAI:3
PV(par niveau):3

-------------------------------------------------------------------------------------
Attitudes:

HARgne +2
- Cogner xx
- Intimider xxx

ADResse +3
- Tirer xxx
- Transpercer xxxx
- Viser x

ELEgance +4
- Parer xxx
- Se fendre xx
- Séduire x
- Voltiger x

OPPortunisme +3
- Embobiner x
- Esquiver x
- Magouiller xx
- Se cacher x

SUBtilité +2
- Désarmer xx
- Identifier x
- Provoquer xxx

DIScipline +2
- Analyser xx
- Défendre xxx
- Guetter xxxxx

-------------------------------------------------------------------------------------
Connaissances:

Savoirs:
- Administration: Cadwallon xx
- Faction: Voleurs x
- Fief: Soma xxx
- Fief: Kraken xx
- Fief: Trophée x
- Langue: Cadwë xx
- Ligues xx
- Savoir faire: Poudre xxx

Contacts:
- Duc de Cadwallon xx
- Mirole (SUB) xx (ami de jeunesse)
- Alizarine (ADR) xx (ont sympathisé après une tentative de drague...)

-------------------------------------------------------------------------------------
Equipement:

- Rapière de qualité supérieure (Perf./Dom. +3/All. 1/Diss. -1) / 1kg
- Main gauche (Perf./Mod. Parade +1/ Dom. +0/ All. 1/ Diss. na) / 1kg
- 2 X Pistolet (PUI 5/ Fréq. 1/Port. 4-6-8/Rec. 3/ Tai.2/ Diss.0) / 1kg
- 2 X Corne de poudre pour 50 tirs / 0,5kg
- 2 X sacoche de billes de plomb (50 unités) / 0,5kg
- armure de cuir (Pro. 2/Mod 0) / 5kgs
- Vêtements usés / 2kgs
- Atours / 3kgs
- Bourse / -
- Sac à Dos / 2kgs
- Outre / 0,5kg

Train de vie: pauvre (10D payés pour le mois en cours)

Ducats: 24
Charge: 15,5kgs (16,5 s'il revet ses beaux atours)
Mod: 0

-------------------------------------------------------------------------------------
Portrait:

Alÿowall le Fougueux a une obsession : devenir le plus grand duelliste de Cadwallon, et au-delà. C’est un fait connu de tous dans son quartier, et le jeune elfe ne fait rien pour le cacher.

Il est vêtu de cuir sombre, avec un foulard rouge vif autour du cou, et des cuissardes qui lui montent au dessus des genoux. Ses longs cheveux blonds cendrés flottent librement au vent, et ses yeux mauves scrutent en permanence ce qui passe à leur portée. A sa ceinture, pendent une rapière ouvragée et une main gauche. De plus, une paire de pistolets est nonchalamment passée dans sa ceinture. Les jours de mauvais temps, il rabat la capuche de sa cape sombre et défraîchie.

Il a grandi dans le quartier de Soma, et il a pu se faire quelques amis parmi les gens plus ou moins fréquentables qui gagnent leur vie dans le port. Car Alÿowall est orphelin. Il fut recueilli au fin fond de la Tourbière, alors qu’il avait environ 3 ans, par un vieil homme du nom de Adonis. Celui-ci subsistait en faisant de menus travaux de ci de là, et logeait dans un petit appartement sous les toits dans Soma. Le vieil homme, un ancien soldat de Doriman qui avait quitté son royaume pour une raison qu’il garda secrète, apprit à son protégé la seule chose qu’il connaissait : le maniement des armes. La technique d’Alahan associée à la grâce des elfes eut tôt fait d’impressionner le vieux professeur, qui se fit un devoir de faire exceller son élève en matière d’escrime.

Celui-ci, bien qu’appliqué dans son instruction, avait d’autres projets lorsqu’il grandit. Les escapades de ses copains et les baisers volés aux jeunes filles valaient pour lui toutes les leçons du vieil homme, et celui-ci s’arrachait ses quelques cheveux quand il constatait que « ce sacré garnement » avait passé la nuit dehors.

Mais Alÿowall ne s’endormait jamais ailleurs que dans sa couche. Car chaque fois que le sommeil le prenait, un cauchemar, à la récurrence horriblement prévisible pour le jeune elfe, lui troublait l’esprit. Il voyait un vague chariot en proie aux flammes, sur un chemin aux abords boisés. D’indistinctes silhouettes hurlaient et bondissaient en tous sens autour de ce triste feu. Puis Alÿowall se sentait soulevé, et faisait face à une pleine lune immense, qui lui remplissait le champ de vision. Il hurlait de terreur face à cette lueur blafarde, et ses cris étaient étouffés par des grognements tout autour de lui, pendant ce qui lui semblait durer une éternité. Puis il tombait au sol, froid et dur, le souffle coupé par la chute.
Il se sentait de nouveau empoigné par une main immense, et tandis que des cliquetis sinistres accompagnaient les grondements, il sentait qu’on le barbouillait, sur la tête et sur le corps, avec une substance poisseuse au goût métallique. Les larmes brouillaient son regard, mais il discernait à cet instant précis un cadavre humanoïde, horriblement mutilé, et qui lui paraissait étrangement familier. De grandes formes dansaient frénétiquement autour. Soudain, une tête de loup, aussi grosse que lui, lui faisait face, et grognait dans un langage approximatif : « On reviendra te chercher… ».

Ce rêve, Alÿowall le fit toutes les nuits de sa vie. Lorsque l’elfe encore enfant le raconta à Adonis, il ne sembla pas trouver de solution pour son protégé, mais il redoubla de rigueur dans ses entraînements. Cette formation sembla très efficace à Alÿowall. Car lorsque le jeune elfe, durant son adolescence, connut son premier vrai combat lors d’une tentative d’extorsion par un jeune brigand, il lui sembla que son épée trouva seule le chemin du cœur de son agresseur. L’elfe se l’expliqua par le fait que tous les jours depuis des années, il avait répété les mêmes passes d’arme, et qu’elles étaient devenues pour lui de simples réflexes, implantées au plus profond de son être. Ce jour, il se rendit compte que l’acharnement du vieil homme à s’entraîner dès le chant du coq n’avait qu’un but : permettre à Alÿowall de survivre à toute confrontation. La rigueur d’Adonis l’avait sauvé du surin du malandrin.

Aujourd’hui, Alÿowall a renoncé à connaître la signification de son cauchemar, même s’il se demande quel lien cela peut avoir avec les wolfens. Son inquiétude est toute autre. Car Adonis est mort il y a peu, et Alÿowall se retrouve sans revenu. Il a récupéré d’Adonis la seule chose qui ait une réelle valeur : une rapière finement ouvragée, et parfaitement équilibrée. Il loge toujours dans la mansarde d’Adonis, mais s’inquiète de pouvoir payer ses loyers futurs.

Ces derniers temps ont été plutôt dur pour l’elfe jusqu’ici insouciant : il a vécu de petits boulots, de larcins, et d’hébergements chez l’habitant à grand renfort de séduction, mais il n’aura pas de quoi se payer un toit à la fin du mois s’il ne trouve pas un vrai emploi, ou une activité vraiment bien rémunérée. C’est pourquoi il envisage sérieusement de devenir franc ligueur.



(je ne pense pas devoir être plus explicite concernant l'évènement que lui rappelle son "cauchemar". Si?)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail 
Montrer les messages depuis:   Trier par:   
Page 1 sur 1 [1 message]  
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. Marquer le sujet comme non lu :: Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
 Index du Forum » Aux portes de la ville » Le Hall des francs ligueurs
Sauter vers:  

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com
Version française de Categories Hierarchy © GGWeb-FR
Cadwallon et Wolfen sont des marques déposées RACKHAM. Copyright 1996-2007 RACKHAM, tous droits réservés.
Toutes les illustrations, photographies, figurines et noms de figurines sont des créations exclusives appartenant à Rackham.
[ Temps: 0.1796s ][ Requêtes: 15 (0.0080s) ][ Débogage actif ]